Politique en matière de francophonie

Le 14 juin 2017, le gouvernement de l’Alberta a dévoilé une politique en matière de francophonie qui vise à améliorer les services du gouvernement en français et à assurer la vitalité de la francophonie.

Sur cette page Web

  • Aperçu
  • FAQ Politique en matière de francophonie
  • Renseignements de base supplémentaires

Aperçu

La francophonie fait partie du passé, du présent et de l’avenir de l’Alberta. Le français est l’une des deux langues officielles du Canada et une composante dynamique de sa diversité. Le français est la langue la plus parlée en Alberta après l’anglais et il est prévu que sa croissance continue dans les années à venir. Cette croissance provoquera une augmentation des demandes de services en français dans la province. L’Alberta a ainsi la possibilité de mieux servir une partie non négligeable de sa population, tout en améliorant son avantage concurrentiel et en renforçant les liens de la province avec la francophonie dans le reste du Canada et à travers le monde.

Le gouvernement de l’Alberta reconnait les contributions économiques, culturelles et sociales qu’a apportées et que continue d’apporter la population d’expression française à la province, une population importante et plurielle. Par l’intermédiaire d’une interaction, d’une collaboration et d’un dialogue significatifs, le gouvernement s’engage à améliorer les services en français afin de soutenir la vitalité de la francophonie en Alberta, de manière ciblée et durable, et en fonction des ressources disponibles.

La Politique en matière de francophonie du Gouvernement de l’Alberta

FAQ Politique en matière de francophonie

Qui a été consulté?

En octobre et novembre 2016, le gouvernement de l’Alberta a adopté une approche à deux volets par le biais d’une série de discussions ciblées et animées, d’abord, avec les intervenants internes, puis avec ceux issus de la communauté. Les consultations comprenaient également un sondage bilingue public en ligne.

Quelles étaient les questions?

Des concepts généraux concernant les éventuels principes directeurs de la politique ont été présentés aux participants. Au fil des discussions, les animateurs ont renforcé l’idée que le changement pourra prendre du temps et/ou qu’une approche progressive pourrait être requise pour aller de l’avant, étant donné la situation financière actuelle.

Que cela signifie-t-il pour les Albertains?

L’objectif global d’une politique consiste à aider le gouvernement à mieux comprendre les besoins des Albertains d’expression française et à mieux y répondre lorsqu’il s’agit de fournir des services à la communauté. La politique a aussi le potentiel de rehausser l’attrait de l’Alberta en tant que destination pour la migration interprovinciale, l’immigration, le tourisme et l’investissement.

Combien cela va-t-il couter?

Un certain nombre de services en français sont déjà fournis par le gouvernement de l’Alberta dans des domaines comme l’éducation, l’accès à la justice, les arts et le patrimoine.

Le gouvernement de l’Alberta et les représentants de la communauté francophone s’entendent sur le fait que le travail mené actuellement vise à obtenir un changement progressif à long terme. Pour commencer, le gouvernement axera ses efforts sur des initiatives sans couts ou sans couts supplémentaires (des actions qui peuvent être faites différemment, de manière plus rationnelle et plus efficace).

La mise en œuvre de la politique doit être réalisée avec les ressources existantes. Le gouvernement de l'Alberta obtient un financement annuel du gouvernement fédéral qu'il allouera pour améliorer et augmenter les services en français

En 2017-2018, le montant du financement fédéral est de 728 500$. Les négociations pour renouveler l'Entente Canada-Alberta sur les services en français devraient débuter plus tard cet automne. La Politique en matière de francophonie positionne l'Alberta pour négocier un financement fédéral supplémentaire.

D’autres provinces disposent-elles d’une politique en matière de francophonie?

La plupart des autres juridictions au Canada disposent d’une politique ou d’un cadre législatif régissant leur approche en matière de services offerts à leurs communautés d’expression française.

Renseignements de base supplémentaires :

Share this page on: